Recevoir notre Newsletter

Pour ne plus recevoir la newsletter : Désabonnement

En direct de la Fédération

Retour

Notre action est guidée par la nécessité d’accompagner toujours plus efficacement nos groupements dans leur réflexion, dans la mise en oeuvre opérationnelle de leurs orientations et dans la réponse aux nouvelles exigences qui s’imposent à eux dans un environnement en forte mutation.

 

 

Un plan pauvreté en manque de moyens

02 Octobre 2018

La stratégie nationale de lutte contre la pauvreté a été dévoilée le 13 septembre par le Président de la République. Les Mutuelles de France réagissent au coût des mesures annoncées et à l'annonce de la fusion de la CMU-C et de l'ACS.

Un plan pauvreté en manque de moyens

Pixabay

Après plusieurs mois de retard, la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté a été dévoilée le 13 septembre 2018 par Emmanuel Macron. L’ensemble des mesures ont été évalués à 8,5 milliards d’euros. Un investissement dérisoire au regard des coupes déjà effectuées sur les aides sociales et les réductions fiscales accordées aux ménages aisés.

Bien sûr, certaines mesures tombent sous le sens et répondent aux attentes des associations. C’est notamment le cas des petits-déjeuners gratuits dans les écoles primaires situées en zone prioritaire, de l’extension de la « garantie jeune » ou du développement de la petite enfance. Mais ces bonnes idées disparaissent complètement derrière le manque de moyens pour les mettre en œuvre, ainsi que derrière la concomitance de propositions plus problématiques. Au premier rang de celles-ci : l’extension de la CMU-C.

Une attaque contre l’universalité

Sous couvert de simplification et de lutte contre le non-recours aux droits, le gouvernement ressort des tiroirs la vieille idée de fusion entre la CMU-C et l’ACS. Concrètement, il s’agirait d’étendre les garanties de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) aux actuels bénéficiaires de l’Aide à la complémentaire santé (ACS), en contrepartie du paiement d’une participation financière qui n’excéderait pas 30 euros par mois. Si l’objectif est louable, cette solution porterait une attaque sensible à l’universalité des droits. Elle faciliterait la dérive vers un système à l’américaine où seuls les plus précaires percevraient des aides sociales, institutionnalisant ainsi la segmentation entre deux catégories de citoyens.

Les Mutuelles de France portent à la place l’ambition d’une protection sociale solidaire, universelle et de haut niveau. Elles poursuivront le travail engagé auprès de plusieurs associations pour obtenir une réforme globale des dispositifs d’aide et continueront de promouvoir un système unique, automatique et universel.

Avec un système unique et universel, tout le monde bénéficierait d’une aide pour accéder à une complémentaire santé. Cette aide serait versée automatiquement afin de mettre fin au non-recours, qui dépasse aujourd’hui les 50%. Son montant serait définit en fonction du niveau de revenu de chacun. Elle serait a minima financée par la fusion de tous les dispositifs existants (CMU-C, ACS, aides fiscales, exonérations de cotisations sociales prévues dans l’ANI, etc.).

 

Recherchez les centres de soins près de chez vous

Cliquez sur l'onglet ci-dessous pour retrouver l'ensemble de nos centres de soins et d'accompagnement mutualistes en fonction de vos besoins de santé et de votre situation géographique. Ces centres vous assurent une offre de soins de proximité de haute qualité à des tarifs opposables.

ACCÈS À L’ANNUAIRE

Vous cherchez une mutuelle ?

Dans un souci de promouvoir une offre de proximité de qualité, cliquez sur l'onglet ci-dessous pour connaitre les coordonnées des mutuelles adhérentes FMF présentes dans votre région.

ANNUAIRE DES MUTUELLES